LE STYLE EN HÉRITAGE

Nom de famille : Herbert.
Prénoms : Flavien et Camille.
Camille travaillait dans la musique, Flavien dans un laboratoire pharmaceutique tout en arpentant le globe, traçant deux destins parallèles qu’un héritage familial a fini par rapprocher. Dans l’atelier de maroquinerie de leur père installé en Bretagne, il y a plus de 40 ans, ils inventent une maroquinerie éternelle et soucieuse de sa juste valeur : des sacs et des ceintures qui associent le raffinement des formes, la noblesse d’un cuir « bougie » et ce twist contemporain qui fait les Classiques actuels. Ils lui donnent un nom, Herbert, le leur, auquel ils associent ce qui définit leur lien.
HERBERT Frère Sœur est née.

UNE MARQUE EN ÉVOLUTION

Après 2 ans d’activité, et porté par un nombre exponentiel de parutions dans la presse, HERBERT Frère Soeur est aujourd’hui largement implanté dans le monde. La marque dépasse désormais 305 points de vente, dont 200 en France, le reste étant réparti dans une douzaine de pays (Allemagne, Autriche, Belgique, Canada, Espagne, Hollande, Italie, Portugal, Royaume-Uni…), dont les Etats-Unis et le Japon, où HERBERT Frère Soeur accélère son développement. Après le Bon Marché, où l’un des sacs de sa collection capsule crée pour l’occasion, Le cabas Bibine Blanc, a été présenté en vitrine du magasin, la marque au clou pyramide sera distribuée par le groupe Galeries Lafayette, à Paris au BHV en juillet 2019, ainsi qu’au Royal-Hamilius à Luxembourg.

Deux temps fort animeront l’actualité de la marque à la rentrée : le lancement le 15 octobre de l’eShop HERBERT Frère Soeur pour retrouver, dans la limite des stocks disponibles, les modèles de différentes collections, ainsi que des modèles exclusifs.
Et le 18 octobre, jour de l’anniversaire de Camille, on fêtera à l’Officine la fête des frères et soeurs. Une fête dédiée aussi bien aux vraies fratries qu’à tous ces frères et ces soeurs « à la mode de Bretagne », qui ont donné leur nom aux sacs de la marque. Pour fêter l’événement, l’Officine ouvrira grandes ses portes : l’occasion de venir rencontrer Camille et Flavien, et de faire personnaliser les sacs qu’on souhaite offrir en les marquant d’un témoignage d’affection ou des initiales de sa soeur ou de son frère, de sang ou de coeur.

Rendez-vous le 18 octobre, au 12 rue Jean-Jacques Rousseau, Paris 1er, dans cette Officine qui vient de souffler sa première bougie. Un atelier devenu conformément au souhait de Camille et Flavien un lieu de rencontre et d’échange, où les clients viennent découvrir les coulisses de la création, en toute transparence, car c’est ici, secondée par une prototypiste, que Camille conçoit les futures collections de sacs et de ceintures d’HERBERT Frère Soeur.

UN FRÈRE, UNE SOEUR, ET UN HÉRITAGE PATERNEL

Flavien et Camille, après avoir réalisé chacun leurs premières aspirations professionnelles, nourrissent une ambition : pérenniser le savoir-faire de leur père, « Georgy », qui installe son atelier de confection à Fougères en 1977. Pour commencer, en 2014, ils bousculent les codes de la maroquinerie haut de gamme avec Le Facette, leur première marque. Puis, Flavien et Camille Herbert mettent leur savoir-faire au service de HERBERT Frère Sœur en proposant des sacs et des ceintures qui subliment l’ordinaire, tout en étant taillés pour la vie de tous les jours. Une ligne intemporelle, signée d’un clou pyramide, doré ou argenté, emblème de la marque, conçue à Paris par Camille et fabriquée dans l’atelier paternel sous la direction de Flavien.

UN CUIR EN MIROIR À CETTE FRATRIE, INALTÉRABLE

Avec son épais cuir au toucher « bougie » qui se patine au fil du temps, et que l’on nomme entre nous le MIRO, la maroquinerie HERBERT Frère Sœur est à l’image du lien qui unit les fratries : inaltérable. Si les vachettes proviennent du Périgord, du Limousin et de Bretagne, le travail de tannerie est effectué en Italie avec des écorces de chênes ou de mimosa, selon le procédé du tannage végétal qui donne au cuir cet aspect si authentique. Il préserve l’apparence originelle des peaux où les irrégularités de surface et les nuances de teintes apportent au cuir toute sa sensualité. Pour garantir une plus grande robustesse et produire des collections de sacs et de ceintures aussi éternelles qu’actuelles, seule la partie haute des peaux, située au niveau des épaules est sélectionnée.

UNE COLLECTION AUTOMNE-HIVER 2019-2020 EN CONTREPOINTS ASSUMÉS

Du poil, du velours, de la fourrure… Chez HERBERT Frère Soeur, l’hiver sera douillet. Couleurs chaudes, tartan, mélange des matières cuir, velours et poil, MIRO embossés façon serpent ou croco… Pas de doutes, la saison froide invite au réconfort. Mais sans se départir d’une certaine sobriété : les modèles emblématiques Flav, Mamour, Mouf et Jo adoptent désormais la ligne claire d’un cuir allégé de ses bijouteries et réduit à sa plus simple expression : silhouettes épurées, retour à l’essence de la maroquinerie, « less is definitly more ». Certains modèles, enfin, jouent la carte des nouveaux usages : sur le Yoshi, des poches viennent placer à portée de main nos papiers pour le voyage ; et le Bouba accueille dossiers et ordinateur tout au long de la journée de travail.

AVEC LES BÉA, COURTEL, YOSHI, BOUBA ET LILI, LA FAMILLE S’AGRANDIT

Pour la petite histoire, les sacs HERBERT Frère Soeur portent chacun le petit nom ou le surnom d’un proche de la famille. Ils sont un peu comme les membres d’une tribu, dans laquelle chacun exprime sa personnalité propre. Cette saison, la famille s’agrandit encore pour accueillir les Courtel, Béa, Yoshi, Bouba et Lili, 5 nouveaux membres et autant de sacs aux formes originales.

Le Courtel, Camille l’a imaginé en se remémorant son ancienne vie dans la musique. De cette amie attachée de presse, dont il a hérité le nom, le Courtel emprunte aussi cette manière d’être carrée (professionnellement) tout en sachant arrondir les angles. Au-delà de l’élégance de ses formes, le Courtel se distingue par sa grande praticité : sa double poche permet ainsi de tenir à portée de main son smartphone en toute circonstance. Disponible en quatre coloris, le Courtel a été twisté – boucle, attaches, départ d’anse et clou en métal – par Camille d’après un modèle vintage que portait son amie.

« Who else ? » commenterait sans doute George Clooney, tant accueillir dans la famille Le Béa, dont l’inspiratrice est si chère au coeur de tous ses amis, relève d’une évidence. En noir ou miel, revêtu d’un cuir MIRO lisse, ou bien embossé croco, un rien habille ce modèle aux proportions soignées, conçu pour embrasser la vie, de jour comme de nuit. Car que l’on soit célibataire ou mère de 4 enfants, sortir ne devrait jamais être plus qu’une question d’humeur…

À force de trotter autour du globe pour présenter les modèles de sa marque, Camille a eu l’idée de ce Yoshi qui remet les pendules à l’heure. Disponible en quatre couleurs, cette grande pochette de voyage zippée accueille, livres comme tablettes, tout le nécessaire pour se divertir durant les longs trajets. Sa pochette avant s’aimante via un clou signature pour conserver à portée de mains et en toute sécurité l’ensemble des documents et objets indispensables au voyage (billets, passeport, téléphone). De quoi paraître, à l’arrivée, un peu moins lost in translation…

L’élégance… Pourquoi attendre la sortie du bureau pour l’adopter ? Hommage à cet ami au professionnalisme sans faille, Le Bouba marque une première incursion dans le monde du travail. Embossé croco, noir ou marron, ce porte-document muni d’une bandoulière contiendra avantageusement dossiers et ordinateur tout au long de la journée. Et quand arrivera « l’after work », Le Bouba saura troquer avec malice son sérieux pour un brin de fantaisie.

Avec La Lili, HERBERT Frère Soeur remet au goût du jour un classique : le sac banane. Plus large que La Nane, cloutée aux entournures, le Lili s’ajuste à la taille ou en bandoulière grâce à sa ceinture coulissante perforée. Disponible en cuir et en velours, le Lili décline cette dernière matière en cinq assortiments de couleurs différents.

DES CLASSIQUES TWISTÉS QUI RÉCHAUFFENT L’HIVER

Le Sab s’affranchit du temps et propose une variété de tailles et d’habillages pour embrasser le quotidien sous toutes ses coutures. Ainsi à côté des Grand Sab, Sab Momo, Sab Rock, Le Grand Sab Rock se voit assorti d’un rabat en poil zébré noir et jaune, à l’inspiration 80’s digne des belles heures du café Costes. Nouveauté de la saison : Le Sab Medium, qui vient s’intercaler entre Le Grand Sab et Le Sab, se décline avec un rabat fourrure (Sab Medium Momo), clouté (Sab Medium Rock) et mixte (Sab Medium Clown). Fidèle à sa réputation, le Clown s’enorgueillit cette saison d’un rabat tartan décliné en trois couleurs et clouté aux entournures.

De son côté, Le Flav affronte l’hiver au chaud en adoptant un velours gansé de cuir. Si sa silhouette s’allège avec une anse plus fine et désormais fixe, il est désormais disponible en bi-matière cuir MIRO et velours et en quatre assortiments de couleurs.

Revenu au top de sa forme, Le Mamour rayonne. Mais il sait aussi se faire plus discret : sa déclinaison, Le Mamourette, disponible en bi-matière cuir MIRO et velours ainsi qu’en quatre couleurs, allège ses anses des clous pyramides signature de la marque pour n’en conserver qu’un seul, positionné sur le fermoir.

Cette saison, Le Mouf perd son pompon et le remplace par un tir zip métallisé pour gagner en sobriété, maître mot de la saison. En plus de l’emblématique modèle en cuir, il se décline désormais en bi-matière, cuir MIRO embossé serpent et cavour en velours.

Le sac sceau Jo, hommage à la figure du père, conserve toute la solidité de son socle mais se détend aux entournures en adoptant une ouverture en velours, plus souple que la traditionnelle, en cuir MIRO, qui perdure néanmoins. Autre changement notable : le remplacement du départ d’anses, précédemment en maillons de chaine, par une lanière en cuir ponctuée d’un simple anneau en métal. Proposé en deux couleurs dans sa version tout cuir, le Jo se décline en trois assortiments de couleurs dans sa version bi-matière cuir et velours.

Signe des temps, Le Inès fait sa mue. En remplaçant son rabat de velours par une fourrure, disponible en trois couleurs, celui qu’on nomme désormais Le Inès Momo prend des allures de doudou d’hiver. Son autre déclinaison, Le Inès Keller, adopte la ceinture Keller et ses oeillets comme fermoir et se décline en bi-matière velours et MIRO ainsi qu’en quatre assortiments de couleurs.

Enfin, ces classiques intemporels que sont Le Gigi et La Nane affrontent sereinement l’hiver pour venir compléter la gamme élargie des modèles que présente HERBERT Frère Soeur cette saison.

LES CEINTURES HERBERT FRÈRE SŒUR, CLASSIQUES ET INDÉMODABLE COMME UN BON WESTERN

Adaptées à toutes les silhouettes, portées basses ou hautes sur les hanches, dans des coloris classiques et intemporels, les ceintures HERBERT Frère Soeur restent des basiques indémodables. Cette saison, la gamme s’enrichit de huit nouveaux modèles.

C’est officiel, la ceinture à oeillet Keller a désormais une grande soeur, La Grande Keller. Le nouveau modèle se déploie sur 30 mm et se décline en trois couleurs, camel, noir et bordeaux, contre 19 mm et huit couleurs différentes pour sa petite soeur.

La Ticquetonne nous étonne par sa largeur, 55 mm, et sa boucle ronde, dorée ou argenté, selon la couleur choisie, camel, bordeaux, marine ou noir.

Avec leurs boucles qu’on jurerait forgées à OK Coral, La Chelsea et La Grande Chelsea adoptent l’inoubliable look Western de la seconde moitié des années 80, un souvenir encore vif chez toutes celles qui l’ont vécue.

Le long du Louvre et des Tuileries, La Rivoli trace son double sillon doré sur 39mm de largeur et adopte en toute décontraction la boucle de la Lilou.

La plus fine de toutes, La Babylone, est d’ores et déjà un best seller, qui doit son succès à la finesse de sa taille (15 mm), à l’élégance de ses détails, à la diversité de ses sept couleurs et à son prix tout doux (45 €).

Parce qu’elle aime se faire remarquer, La Franklin arbore un velours disponible en quatre couleurs, perforé pour former des motifs triangulaires. La boucle rectangulaire a été volontairement affinée pour compenser le passant poinçonné de trois petits clous.

Ce sont ces mêmes petits clous qui donnent un cachet fou au cuir MIRO de La Trocadéro, et viennent ponctuer de motifs en losange toute la longueur de ce ceinturon de 35 mm fermé par une boucle affinée.

Disponible en quatre couleurs, La Mont-Royal arbore fièrement le clou signature de la marque à côté d’une double boucle qui permet à la ceinture de coulisser pour ajuster la taille et préserver le cuir des traditionnels trous de bouclage. Dispo en 4 couleurs.

À côté de La Mini Turenne, reconduite cette saison, La Turenne, siglée comme sa petite soeur du clou pyramide, se décline en trois nouvelles matières : serpent, croco et zèbre. La Paname s’enrichit quant à elle de deux nouvelles matières, croco et velours, tandis que l’oeilletée Keller, la cloutée Lilou, La Renée et La Honoré ne changent rien. Sont aussi reconduites les deux ceintures ajustables, La Cézembre et La Chanzy, cette dernière s’enrichissant d’une déclinaison en croco.

Enfin, la collection HERBERT Fère Soeur s’étoffe cette saison avec de nouveaux accessoires : Le gilet Momo, qui emprunte ses fourrures au Sab du même nom et se décline en quatre couleurs, gris, camel, naturel et rouge tomette ; et le porte carte Plume en cuir MIRO affiné, disponible en camel et en noir.

Les sacs et les ceintures HERBERT Frère Soeur sont des partenaires de tous les jours sur lesquels le temps n’aura de prise que la patine de votre attachement.